Séjour Raquette Aoste-Vallée du Lys

Le blanc aime

L’hiver,

Il nous a accueillis

A bras ouverts,

Dans cette vallée du Lys

Ou tout n’est que délice.

En effet, Afin de nous garantir de la neige, cette année le séjour Raquettes ASC-CHUN se fit en janvier, en latitude et altitude élevées.

Dans la vallée du Lys, afin de profiter de spectacles différents, un séjour itinérant, sans portage, fut proposé du 15 au 21 janvier

Ainsi 3 zones et 3 auberges purent être découvertes.

IMG_1251 IMG_1247 IMG_1244

De notre arrivée à « Pian Coumarial » où l’aimable Rita nous ouvre les portes de son « agritourisme le Soleil » , gîte de grande classe où toutes les chambres s’ouvrent sur de beaux balcons en bois,  le 1er départ s’effectue sous la houlette de notre 1er guide,  Fédérico très sympathique et passionné par sa région, par un temps magnifique mais très froid ‘( -13 au départ ) pour rejoindre l’étoile du berger, notre 2è lieu d’hébergement via le col de Portete à 1966m . Ne portant dans notre sac à dos que le pique-nique de la journée, à savoir 2 sandwiches et la soupe très appréciée de la veille associés aux boissons habituelles connues de tous.

Au cours de la montée il y avait des traces de loup et ce fut l’occasion pour notre guide de nous expliquer la hiérarchie d’une meute.

La petite sieste habituelle fut zappée (même par Alain !!) et nous sommes redescendus dans une belle neige poudreuse où fusent des conseils avisées : « ‘ accepte de glisser !!! ».

Peu avant la nuit, les hôtes de «l’Etoile du Berger» nous accueillaient dans un site montagnard très original et très élégant. Le soir dans la suite logique, un délicieux repas nous est servis puis ce fut la dégustation des spécialités de montagne  invitant notre ami Mario à nous faire découvrir ses recettes secrètes….la nuit fut douce et réparatrice.

 

Le lendemain, le groupe se réduisant à 11 nous guettons Federico qui nous annonce l’odyssée du jour : col du Jassit (2018m), le col de la Liet (2052m), lieu-dit Stuba (1428m) et retour chez Mario.  Le départ est pris à 9h15 (1430m) pour 622m de dénivelé… sur la carte. Sous un ciel changeant, nous longeons, dans la forêt, le torrent Jassit, croisons une ancienne mine d’or, de belles étables et bergeries en pierres plates aux toits de lauzes, occupées naguère par des familles valdotaines pendant l’été. Mario l’aubergiste nous rejoint. La montée est comme un interminable escalier de neige mal ajusté…Et puis …OOOhhh !! Plein soleil, panorama sans limite, le Piémont apparaît, sous nos pieds la neige immaculée étincelle, devant nous, la Vallée du Pô, le Queyras embrumé, le Viso vaseux et la plus haute bergerie du coin (Jassit) en contrebas. Après l’extase, nous prenons avec frénésie notre envol dans un nuage blanc de poudre mousseuse qui nous conduit au Jas généreux qui nous offre ses mûrs chauds et ses assises de bois pour un déjeuner royal.

Suivant la crête frontière Val d’Aoste-Piémont jusqu’au Col de la Liet, nous descendons jusqu’au lieu-dit Stuba où Federico nous invite à le rejoindre devant un « stadel » (construction traditionnelle Walser en mélèze). L’arrivée, bien venue et méritée, à l’Etoile du Berger nous rassemble devant un verre de “vin brulat”, Au souper, un festival de saveurs nous régale. Après les potions magiques, Le coucher ne tarde pas.

Demain nous déménageons, retour sans guide à Pian Coumarial pour récupérer le reste de nos bagages,

La troupe s’ébranle à 9h 30, suivant le plan papier succinct de Mario. Sans trop de jardinage, nous rejoignons bientôt la piste qui nous conduit, traversant une forêt froide, à Coumarial où avant de déjeuner chez Stéfano, notre futur 2ème guide, nous visitons la fromagerie (pour y faire nos emplettes), puis l’étable de Rita qui abrite pas moins de 30 vaches et 6 petits veaux.

Le déjeuner chez Stéfano méritait bien une entorse au séjour, et nous nous sommes régalés.

Puis ce fut le moment de retrouver les véhicules pour rejoindre “Niel” (hameau de Gaby à 1540m)

Là c’est un autre émerveillement la Gruba c’est la surprise à chaque étage….nous sommes accueillis par Monica et Pimpa (le jeune népalais). Le soir un nouveau régal nous est servi dans un restaurant coquet et chaleureux.

Bonne nuit à tous…

 

Le jeudi émerveillé et comme ensorcelé par l’altitude et les dénivelés, la poétesse du groupe écrivit à l’encre bleue du ciel

 

 Qu’ En ce jeudi matin 

Point de soleil Valdôtain,

Qu’ à cela ne tienne …

 

 Un -9 au lieu de -15 

Au départ du Lieu-dit  « NIEL »

(qui recense 1 autochtone en hiver) !

 

La meute des petits loups..

Étaient sur les starting-blocks ,

voulant en découdre …….,

en quittant l’accueillant chalet « Gruba »

 

Nous faisons connaissance avec Stephano notre nouveau Guide.

Nous traversons les alpages aux bergeries magnifiques, typiques :

–        Mélange harmonieux de murs de pierre,

–        Toitures en lauze

–        Et d’ouvertures en mélèze.

IMG_1170 IMG_1164 IMG_1159 IMG_1152 IMG_1147

Dont la porte d’entrée est surplombée par la « Pierre Blanche  » protectrice

L’ascension un moment interrompue, reprend qualifiée de :

 

Découverte..

Compliquée…

Inattendue…..

Rock and roll…

Impressionnante…

Épique

Sportive

Raquettes extrêmes

Audacieuse….

 

Pour un mérite de :

790 m de dénivelé sur 10 km

Et atteindre il Colle PICCOLA MOLOGNA à 2211m

Accompagnés d’une constance extérieure de – 9

Le soir, le retour nous rassemble à la Gruba pour un nouveau régal de papilles.

Et puis arrive le der des der, et en ce vendredi 20 janvier, Lever tôt pour la fine équipe, il nous faut rejoindre la station de Gressoney au bout de la vallée du Lys barrée par le massif du Mt Rose où culmine le Dufour  à  4 634 m. Une montée en télécabine s’impose.

Là, sur un versant encore à l’ombre, à 2300 m, dans le froid mordant d’un début de journée, il est difficile de chausser nos raquettes, puis départ en file indienne obligée, cause skieurs, 14 raquetteurs en goguette s’emparent du terrain croisant des skieurs hors-pistes, étonnés de nous trouver sur leur passage et… à contre sens.

Après 300m d’ascension prudente, nous arrivons au restaurant-hôtel d’altitude « Orestes Hütte », terminus pour une grande partie du groupe, qui se réchauffe dans les chaises longues au soleil, qui prend des photos, qui se désaltère  avant de se régaler d’un repas végétarien. Pendant ce temps, 6 courageux suivent les traces de Stefano vers le col  Salsa 300m plus haut. L’aller-retour fut rondement mené puisqu’1 h 15 leur suffit pour reformer le groupe. Après le 2ème service, le groupe, heureux de cette incursion en vrai haute-montagne s’ébranle, pour rejoindre le télécabine puis  la vallée

 

et avec elle, ombre et froid pénétrant.

A la « Gruba » le dernier soir. de nouveau, repas gastronomique, remerciements au guide qui nous rejoignit pour le dîner et un grand merci à nos chers organisateurs. (avec un petit clin d’œil à la courageuse Cortina).

 

proposition sortante de ce séjour :

 

Chers guides, nous pouvons créer la distinction

« Raquette d’Or »

Parce que Ce groupe le vaut bien

 

Texte co-écrit par Odile, Jeanne, Anne-Marie, Anne et Momo

IMG_1224 IMG_1232 IMG_1215 IMG_1202