Première « Rando-Culture » Plateau de la Revère Grande Corniche – 6 avril 2017

Sept randonneurs hyper cools marchent sur le sentier militaire de la Forna en partant de la Turbie, le pied léger ils maîtrisent facilement le dénivelé de 220 mètres et la distance de 3,4 km qui les conduit au Plateau de la Revère.

Le site est de toute beauté et la séance photo aussitôt incontournable. La petite troupe décide de faire une halte pédagogique à la maison de la nature et de poursuivre sa ballade vers le Fort de la Revère qui constitue avec celui de la Drète une partie du système de défense (ancêtre de la ligne Maginot) imaginé par Raymond Serré de Rivière, polytechnicien.

Durant la seconde guerre mondiale, sous le régime de Vichy, des pilotes de l’aviation Britannique y furent emprisonnés.

Poursuivant leur chemin ils rencontrent des vaches au repos qui se prélassent au soleil comme des touristes puis ils découvrent bien cachée, en contre bas, la fameuse Batterie de défense « Gertrude »..

C’est l’heure de se restaurer sur un balcon naturel s’ouvrant généreusement sur la mer Méditerranée. De délicieux liquides font le bonheur des papilles et les délicieuses préparations « maison » sortent des sacs.

A la fin du repas, c’est le moment de la petite histoire dans la Grande Histoire, celle de Catarina la strègue, diseuse de bonne aventure, et de Don David Riccio qui s’aimèrent, en ces lieux, à l’époque de Marie Stuart. Contraint de partir pour l’Ecosse, tenu par une promesse, David s’engagea à revenir auprès de Catarina. Elle alluma tous les soirs des coquilles d’escargots remplies d’huile pour signaler sa maison dans la nuit. David ne revint pas mais à la fête Dieu de nombreux villages ont depuis éclairé leurs ruelles à la manière de Catarina.

La troupe, reprend sa marche en direction de la table d’orientation de la Semboula et s’arrête un instant devant un lapiaz « peau d’éléphant » avant de rejoindre ce point dominant installé sur une tour Génoise reconstituée. En chemin elle guette en vain le lézard ocellé qui demeure tapis dans sa cachette et la Nivéole de Nice, fleur endémique protégée interdisant, de par sa présence, de nombreux projets immobiliers.

Fin de la balade et retour par le même itinéraire.

photographe: Gilles

photographe: Gilles

photographe: Gilles

photographe: Gilles

photographe: Gilles

photographe: Gilles

photographe: Gilles

photographe: Gilles

photographe: Gilles

photographe: Gilles

Hélas pas de petite mousse au grand regret de certains mais nous nous rattraperons !

Compléments :

  • Le Parc de la Grande Corniche s’étend sur 660 hectares, du Mont Leuse jusqu’au mont Bataille et sur quatre communes : Villefranche sur mer, La Trinité, Eze et La Turbie,
  • A l’endroit de la table d’orientation de la Semboula fut élevé par les Austro-Sardes un camp retranché pour résister aux troupes Franco-espagnoles
  • A l’ouest du parc sur le plateau de la justice s’élevait autrefois le gibet des Seigneurs d’Eze

Nicole Roger les guides du jour.

Mis en ligne par Christiane M.