Bairols -La Condamine -Col de l’Etrella- dimanche 3 février 2019

Bairols -La Condamine -Col de l’Etrella- dimanche 3 février 2019

Rando proposée et guidée par Georges

 

Départ, pas très loin de Nice, du joli village médiéval de Bairols qui perché sur une arête rocheuse domine la vallée de la Tinée. 9h15, les onze (et presque la parité à une unité près) se mettent en route en montant  l’escalier qui longe le village jusqu’au départ du sentier à flanc de montagne au-dessus de la vallée, puis traversée de la forêt en pente douce avant de remonter plus rudement vers la Condamine où nous attendaient 4 amis à l’accueil enthousiaste et …aux longues oreilles.

photo Georges P.

photo Georges P.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après quelques hésitations pour retrouver le sentier il fallut entreprendre de monter en direction de la forêt poudrée de blanc, sublimée par la neige tombée la veille. Les pieds dans la neige, sous un ciel gris et froid le repas dura une demi-heure à peine mais comme à l’ordinaire rien ne manqua. 

photo Georges P.

 

Ragaillardi par les calories englouties mais cependant gelé, le groupe reprit sa longue et lente progression dans la forêt de haute futaie sur un sentier étroit à mi-hauteur de la Pointe des 4 cantons, encombré par des arbres arrachés et des blocs de rochers à enjamber, contourner, escalader, le tout sans risquer la glissade en contrebas ni la rencontre avec le loup que notre guide nous cacha jusqu’au retour mais dont il immortalisa la trace. L’arrivée au col de l’Etrella fut un véritable soulagement.. pour certain(s). Il ne restait plus qu’à descendre vers le village en ligne de mire jusqu’au bout.

photo Georges P.

photo Georges P.

photo Georges P.

photo Georges P.

photo Georges P.

 

 

Environ 900 m de dénivelé pour 12 kms. Une très jolie rando menée de main de maître et d’un pas vif par Georges qui, non seulement dut couper, scier, raboter les bouts de bois et autres branches qui entravaient notre passage, mais trouva encore le loisir de tailler une flèche dans une branche d’églantier.

Merci Georges !

Christiane M.